Super Nature, Fake News, Création Sonore & Stop Motion ► workshops et formation avec les lycées agricoles

Publié le 11 février 2019 / - - -

3 workshops, 1 formation, 132 élèves, 18 enseignants

L’éducation socio-culturelle est une particularité de l’enseignement agricole. Elle permet aux élèves de s’ouvrir sur le monde extérieur et de s’impliquer dans des projets culturels et artistiques. 

Depuis 2017, Electroni[k] est partenaire de la DRAAF Bretagne (Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt) pour mettre en place des workshops numériques et développer cette thématique avec les élèves des lycées agricoles. L’association propose également une formation de 2 jours à destination des enseignants. Au total, 132 élèves et 18 enseignants sont impliqués dans ces projets.

Fake news, le vrai du faux – Lycée Théodore Monod, Le Rheu

Les étudiants, de deux classes de BTS première année (Production Animale, Gestion et Maîtrise de l’Eau) du lycée agricole Théodore Monod, travaillent durant 3 jours chacun, sur la thématique des Fake News. La finalité étant d’imprimer un journal d’investigation où tout est faux, distribué ensuite au lycée afin de mesurer les réactions et d’échanger sur cette question.

En introduction du workshop, l’intervenante Hélène Réveillard anime un atelier philosophie autour des notions de croire / savoir, vérité / mensonge. Cacher la vérité est-ce mentir ? Le mensonge est-il malveillant ou peut-il servir à protéger ? Autant de questions que se posent les étudiants.

 Ateliers Le Vrai du Faux au lycée Théodore Monod – Le Rheu

Chaque élève choisit au préalable et synthétise un article sur le thème de la solidarité avec ses professeurs. Ce thème choisi en lien avec le projet pédagogique de l’établissement, implique des personnes y travaillant : la documentaliste aide les étudiants dans leurs recherches, le professeur d’informatique à comprendre l’articulation graphique d’un article…

Bérengère Amiot, designer intervenante, analyse ensuite le phénomène des Fake News avec les étudiants. Comment détecter une fausse nouvelle ? Quels biais rhétoriques sont utilisés pour faire adhérer le lecteur à une opinion ? Ils sont invités à déceler les éléments rhétoriques utilisés dans des exemples concrets, afin de développer leur esprit critique, tel un atelier d’autodéfense intellectuelle. Photos, films, publicités… sont constitués d’une multitude de signes qui construisent un discours. C’est pourquoi Bérengère Amiot choisit également de sensibiliser les étudiants à la sémiologie de l’image.

Par groupe, ils créent ensuite leur fausse nouvelle en s’inspirant de leurs propres résumés : un restaurateur empoisonnant ses clients, un anonyme se faisant passer pour un professeur de mathématiques, le gilet jaune devenu un vêtement fashion de haute couture

Le dernier jour est consacré à la réalisation d’un film en stop motion enrichissant le faux article de presse, et qui est intégré au journal papier grâce à la réalité augmentée. Chaque groupe fait preuve de créativité pour imaginer les décors, le style visuel et la bande son de son reportage. Du tableau de classe aux décors en relief et en carton, les partis pris esthétiques sont variés et audacieux, et donnent une dimension unique à chaque film. Les deux classes participantes se réunissent ensuite pour partager leurs expériences et découvrir le travail de chacun. Toutes les applications utilisées sont gratuites et accessibles avec un smartphone, afin que tout le monde puisse voir le journal s’animer grâce à la réalité augmentée.  

 

 

Ateliers Le Vrai du Faux au lycée Théodore Monod – Le Rheu

L’atelier est proposé par Electroni[k] avec des interventions de la designer Bérengère Amiot, et de Hélène Réveillard pour des ateliers philosophie.

Le Vrai du Faux bénéficie du soutien de la DRAC Bretagne, de la Région Bretagne et du lycée Théodore Monod, en partenariat avec Canopé.

Toutes les photos de ce workshop

 

 

Super Nature – Lycée La Lande de la Rencontre, Saint-Aubin-du-Cormier

Atelier Super Nature au lycée agricole de Saint-Aubin-du-Cormier

 

Les étudiants, de deux classes de Terminale du lycée agricole St-Aubin-du-Cormier, travaillent durant 3 jours chacun, sur la thématique de la nature en 2119.

Comment la nature nourrira l’homme dans 100 ans ?

Avec Bérengère Amiot, designer intervenante, l’objectif est d’inventer un futur possible, à l’aide du design fiction pour aider les étudiants à s’engager dans la culture de l’innovation. Pour créer des scénarios de design fiction, ils considèrent que les innovations, recherches, expérimentations actuelles préfigurent le futur. Selon la manière dont on les regarde, différents possibles apparaissent et permettent d’imaginer des futurs quotidiens réalistes. Bérengère Amiot les sensibilise également à la sémiologie de l’image, afin de les accompagner au mieux dans l’écriture et la mise en scène des animations en stop motion.  

Chaque groupe imagine les décors, le style visuel et la bande son de son film. De personnages en pâte à modeler aux décors en papier en passant par du dessin, leurs choix plastiques expriment de réels partis pris. Les histoires d’anticipation reflètent beaucoup d’interrogations souvent pimentées de trait d’humour : une recette de cuisine avec des boulons, un dôme produisant toute la nourriture nécessaire et gratuite ou encore la journée d’un agriculteur gardien d’immeuble…

Avec Gwendal Le Flem, photographe, les lycéens s’initient pendant une journée à l’art du light painting. Ils apprennent à dessiner dans l’espace avec de la lumière ! Ne manquant pas de créativité, en intérieur comme en extérieur, les lycéens s’essayent à toutes les techniques apprises : couleur, mouvement, motifs, et don d’ubiquité !

Au centre de ce workshop, le rapport de l’homme et de la nature, thématique travaillée avec les intervenants.

Les photos, des affiches présentant l’atelier ainsi que les vidéos en stop motion seront exposées dans le lycée.

Toutes les images de ce workshop

Le projet bénéficie du soutien de la DRAC et de la Région Bretagne.

 

 

1 parcours Design sonore – Châteaulin

12 élèves internes de différentes classes s’inscrivent à l’année dans un parcours MAO (musique assistée par ordinateur). En partenariat avec Electroni[k], le musicien Benjamin Le Baron intervient avec 2 ateliers « Design Sonore » et présente ses créations lors de 2 concerts aux casques.

Le projet bénéficie du soutien de la DRAC et de la Région Bretagne.

 

1 formation de 2 jours Stop Motion

Pour prolonger le partenariat, la DRAAF Bretagne, Electroni[k] et Bérengère Amiot ont imaginé ensemble une formation sur 2 jours qui aura lieu en mars autour de la création de films en stop motion.

L’ensemble des projets sont menés en partenariat avec la DRAAF Bretagne.